C’est quoi cette campagne de moralisation de la société?

C’est quoi cette campagne de moralisation de la société?

Interview avec Jean Claude Karerwa Ndenzako, Porte parole du Président de la République du Burundi avec Elie Irumva journaliste à la Radio Scolaire Nderagakura

 

Q 1. La Campagne de Moralisation de la Societé c’est quoi au juste sans entrer dans les détails?

Vous pouvez retenir que la Campagne de Moralisation de la Société est grosso modo, bien entendu ici chez nous au Burundi une campagne d’Education Civique et psychosociale approfondie. Cette campagne pilotée par la Plus haute Autorité du pays peut être considérée sous un autre angle comme une campagne de désintoxication de la société burundaise victime d’un poison qui lui a été inoculé à travers la colonisation sous plusieurs voies et à travers les chapitres connexes de la colonisation tels que le néocolonialisme, la recolonisation et l’impérialisme.

Q 2. Pourquoi tout cet acharnement, pourquoi tous ces efforts consentis par le Président Pierre Nkurunziza?

 

Les acquis et réalisations dans tous les domaines de la vie du pays ont un prix et ils doivent être consolidés et pérennisés par tous les moyens possibles. Le Père de la Nation a entrepris cette vaste Campagne de Moralisation de la Société Burundaise dans cette perspective de consolider et de pérenniser lesdits acquis et réalisations. Comprenez qu’aucun effort ne sera ménagé pour remettre le Burundi sur les rails, pour rompre avec l’école néocoloniale et se réinscrire à l’école traditionnelle ; pour renouer avec les valeurs de nos braves ancêtres. Bref pour éduquer une génération qui prendra la relève d’ici quelques années en s’assurant que cette foi-ci la marche du peuple burundais soit une marche sans recul, qu’elle soit une marche la tête haute vers une destination qui n’est autre que la paix, la stabilité et la prospérité du Burundi pour le bonheur de nos enfants à court terme et pour celui des enfants des enfants de nos enfants à moyen et à long termes.

 

Q.3 Il s’agit visiblement d’une vaste entreprise. Pouvez-vous nous parler des ressources ou du moins du matériel ou des moyens afin de mener à bien cette campagne?

 

La Campagne de Moralisation de la Société est aujourd’hui en sa deuxième année. Avant d’enclencher cette campagne, le Président Nkurunziza nous a confié qu’il a passé environ 4 ans à y réfléchir d’une part et à interroger l’histoire du Burundi, des spécialistes et des œuvres d’Histoire, de Sociologie, d’Anthropologie et d’Ethnologie d’autre part.

Puisant lui-même une bonne partie de son Enseignement dans la richesse de la Parole Patrimoine Burundaise construite principalement sur la Rythmisation et la Symbolisation, monsieur le Président de la République exhorte incessamment ses compatriotes à renouer avec «l’Ecole Familiale du Soir» qui est selon lui une voie sûre pour mieux éduquer nos enfants.

La Campagne de Moralisation de la Société s’étendra sur trois ans et chaque province du Burundi aura droit à trois séances de trois heures chacune. La dernière séance sera consacrée à un débat ouvert où les participants auront droit à poser des questions et/ou à apporter leurs contributions.

 

Q 4. Il y en a qui disent que derrière cette campagne se cache une propagande électorale. Qu’en dites-vous monsieur le Porte-parole ?

 

Il y a un adage qui dit que « Mensonge et fraude sont le train du monde ». Cet adage s’applique parfaitement à la question que tu viens de poser. La vérité est qu’à la lumière du contenu de l’Enseignement du Père de la Nation, ladite campagne traduit sa volonté manifeste et sa ferme détermination à réconcilier définitivement ses compatriotes ; à s’assurer que la hache de guerre soit non seulement mise hors d’état de nuire, mais qu’elle soit enterrée une fois pour toute.

Partout où il passe, Pierre Nkurunziza insiste sur le fait que l’histoire ne change pas, que tout passe sauf le passé. Il exhorte par conséquent les Burundais partout où ils se trouvent à non seulement à assumer courageusement leur histoire, à apprivoiser le passé, mais aussi et surtout à s’inscrire dans une logique, dans une dynamique de changement positif de mentalité susceptible de permettre aux Burundais d’être désormais de véritables Maîtres de leur Destin.

Le Président Pierre Nkurunziza constate avec amertume que l’une des conséquences majeures de la colonisation est que les Burundais continuent à croupir dans un douloureux héritage du lavage de cerveau et de déracinement. Il leur faut par conséquent une thérapie d’une bonne dose et d’une bonne durée.

 

Q 5. Auriez-vous un petit mot aux auditeurs pour terminer ou du moins pour marquer une pause?

 

C’est bien dit, marquons juste une petite pause en remerciant tous ceux qui nous ont prêté une oreille attentive tout en les invitant à la patience, à donner du temps au temps mais aussi à s’approprier cette campagne au-delà même des trois ans que Chef de l’Etat a prévu. Quant à moi, je promets d’être constamment à votre disposition pour apporter ma modeste contribution sur certains chapitres clé de la Campagne.

 

 

Post a Comment